Libra : La nouvelle révolution de Facebook

Mauvaise nouvelle pour le secteur bancaire pour ce début de mois de juillet, lorsque Facebook a annoncé le lancement imminent de sa cryptomonnaie, Libra, courant premier semestre 2020.

 

“La mission de Libra est de développer une devise et une infrastructure financière mondiales simples, au service de milliards de personnes”, résume le livre blanc du projet, qui a été révélé le 18 juin 2019.

 

Qu’est-ce que la monnaie Libra ?

Lancé par Facebook en juin dernier, Libra est un projet de crypto-monnaie (devise électronique ou virtuelle, elle n’a aucune forme physique). L’idée est simple : bénéficier d’un porte-monnaie virtuel pour acheter et vendre des biens, via la messagerie instantanée, sans passer par une banque.

Elle s’appuiera sur la technologie des blockchains, permettant une sécurité forte et un accès aux seules personnes autorisées par le réseau. De plus, la monnaie ne sera pas gérée par Facebook mais par une fondation sans but lucratif, basée à Genève dont Facebook ne sera qu’une des organisations partenaires.

 

Enfin, elle sera mise en place sur Facebook mais aussi sur d’autres plateformes affiliées telles qu’Instagram ou encore Whats App.

 

 

Objectifs :

Ce projet a pour but premier de résoudre les problèmes des crypto-monnaies actuels avec des frais de transactions faibles et des capacités importantes de volumes de transactions.

Il a ensuite l’objectif de rendre l’accès à la monnaie simple et stable dans les différents pays émergents et pour une population n’ayant pas de compte bancaire.

Enfin, le réseau social Facebook profite de ce projet en développement les paiements et le transfert d’argent à travers sa plateforme de messagerie instantanée et favorise les dépenses sur internet.

Qui pilote le projet ?

Les membres du projet sont issus d’entreprises, d’ONG ou d’institutions universitaires. Parmi les fondateurs, on trouve des géants du secteur financier comme Mastercard, PayPal, Visa mais aussi des services en ligne (eBay, Uber, Lyft ou Spotify), des entreprises de télécommunication comme Vodafone, des firmes spécialisées dans la blockchain et le capital-risque.

Côté Facebook, c’est David Marcus qui est aux commandes. Ancien président de PayPal, l’Américain a rejoint Facebook en 2014 pour prendre la direction des services de messagerie instantanée.

 

 

Que pourrait-on faire avec ?

Libra pourra être utilisée de plusieurs manières virtuelles :

– Chez différentes entreprises : par exemple payer des courses Uber, des abonnements Spotify, des services chez Free ou encore des transactions avec Paypal.

– Des fonctionnalités d’achats de vêtements en un clic sur Instagram pourront voir le jour. Il est aussi expliqué que les utilisateurs pourront aussi à terme payer des services du quotidien comme les transports en commun ou un simple café avec le Libra, car il s’agira d’une monnaie stable.

– Enfin, les utilisateurs pourront s’envoyer de l’argent sous cette forme.

 

 

Ce que pensent les français sur le lancement Libra ?

D’après un sondage de C17 engineering / Blockchain Masterclass, 59% des personnes interrogées savent que Facebook lance le projet Libra.

1 personne sur 2 confirme être confiant de la monnaie virtuelle.

Seulement 38% des interrogés sont prêts à utiliser la monnaie Facebook, 24% de réponses négatives et le reste ne savent pas encore.

 

Les avis restent encore flous et mitigés pour la population française concernant le projet ambitieux de Facebook.